psychanalyse tours 37000  Vivre humain !  

 

"Compétence et action, servir le bien commun"

 

Liens

Accueil Billet d'humeur Vivre humain Liens Qui suis-je ?    

Emissions à écouter            Vidéos à regarder       

 


Des émissions à ne pas manquer, à écouter, réécouter et faire connaître

France Culture est souvent exemplaire : le besoin de sens et de compréhension est tellement fort que des paroles vivantes trouvent des voies pour s'exprimer et se diffuser. La richesse de certaines émissions est telle qu'elle alimente avec profit la pensée et permet de s'approprier visions et cheminements. 

 

 

De la bêtise

https://www.franceculture.fr/emissions/repliques/de-la-betise

28.01.2017      52 min

Répliques du 28 janvier 2017

Alain Finkielkraut 

Avec Belinda Cannone qui a écrit en 2006 "La bêtise s'améliore" et Denis Grozdanovitch qui publie "Le génie de la bêtise".

 

Les droits de l'homme (1/4) : Et l’Homme créa ses droits

lundi ‎21 ‎mars ‎2016 - LES NOUVEAUX CHEMINS DE LA CONNAISSANCE

Etats de l’âme (1/4) : Platon : quand l’âme bat de l’aile

Lundi ‎28 ‎mars ‎2016 - LES NOUVEAUX CHEMINS DE LA CONNAISSANCE

 

Fractures françaises : comment recoller les morceaux ? (DGM du 07.12.2015)

 

Entretien avec Marc Ferro (FDH du 20.11.2015)

 

Émission spéciale : malaise dans la sidération (NCC du 16.11.2015)

 

Anthropocène : la dévastation désinvolte de l'écosystème (FC+ du 30.11.2015)

 

Hommage à René Girard : "un esprit libre, curieux et constructeur" (LGT du 05.11.2015)

 

Révolutions ! : Jacques Ellul, "exister, c'est résister" (NCC du 02.11.2015)

 

Éloge de l'inégalité : "Voulons-nous vraiment l'égalité ?" (NCC du 28.09.2015)

 

L'historien et la démocratie (LGT du 06.10.2015)

 

La bureaucratie, conséquence paradoxale du libéralisme (LGT du 08.10.2015)

 

Geoffroy de Lagasnerie (HC du 04.05.2015)

 

Le pouvoir exécutif en démocratie (EDS du 03.07.2015)

 

Simon Leys éducateur (REP du 27.06.2015)

 

Spéciale "Idées, Savoirs : la Relève" - De la corruption et de la loi (LGT du 18.06.2015)

 

Montaigne, "à sauts et à gambades" : " De l'art de conférer" III, 8 (NCC du 08.06.2015)

 

L'humanisme aujourd'hui avec Abdenour Bidar (LRC du 07.06.2015)

 

Plaidoyer pour l'émerveillement : rencontre avec Hubert Reeves (LRC du 24.05.2015)

 

Michel Terestchenko : l'ère des ténèbres (NCS du 22.05.2015)

 

Machiavel, un cynique qui vous veut du bien : le premier des modernes (NCS du 13.05.2015)

 

Les origines littéraires de la psychanalyse (LGT du 23.11.2012)

 

Freud, l'Abrégé de psychanalyse (LCN du 21.02.2015)

 

Jacques Castermane, l'exercice de la sagesse (LRC du 19.04.2015)

 

Parcours d'une anthropologue éclairée avec Françoise Héritier (LRC du 26.04.2015)

 

La démocratie est-elle condamnée à n'être qu'une idée ? (LGT du 16.04.2015)

 

Bergson, tout simplement : Les deux sources de la morale et de la religion (NCS du 15.04.2015)

 

Viktor Frankl avec Pascal le Vaou et Anna-Maria Stegmaier ? (LRC du 16.02.2014)

 

Aurions-nous perdu le sens de la mesure ? (LCS du 04.04.2015)

 

La fin des grands clivages ? Heinz Wismann (LGT du 30.09.2014)

 

Vers un horizon commun-s- (LSI du 26.04.2014)

 

Clarisse Herrenschmidt, auteur de "Les trois écritures" (DIP du 10.07.2014)

 

Qui sont les nouveaux rebelles ? (LGT du 17.03.2015)

 

Peut-on cesser d'être soi ? avec David Le Breton (LGT du 16.02.2015)

 

Charlot (LCN du 20.12.2014)

 

L'esprit Voltaire : y a-t-il des limites à la tolérance ? (NCC du 02.03.2015)

 

Réforme bancaire : un impératif démocratique ; avec Dominique Plihon (LGT du 17.02.2015)

 

Le cheminement vers soi, avec Annick De Souzenelle (LRC du 15.02.2015)

 

Ecrire pour faire face (LCN du 14.02.2015)

 

Actualité philosophique : le bouddhisme rend-il heureux ? avec Philippe Cornu (NCC du 13.02.2015)

 

La spiritualité au moyen-âge avec Alain de Libera et Jean-René Valette (LRC du 01.03.2015)

 

Lire les philosophes arabes ; avec Ali Ben Makhlouf (CI du 27.02.2015)

 

Que reste-t-il des princes et des chefs dans nos démocraties ? (NCC du 15.03.2013)

 

La cause humaine avec Patrick Viveret (LRC du 17.02.2013)

 

Plus haut, plus vite, plus fort : le perfectionnisme moral (NCC du 14.03.2013)

 

Haut de page      Retour accueil  


Comprendre le monde d'aujourd'hui

Vous pouvez écouter Bernard Stiegler dans une interview diffusée sur France Culture où il explicite la situation dans laquelle nous sommes de société de consommation et d'ultralibéralisme ainsi que, se référant à Marx et Simondon, le processus psychologique de prolétarisation que nous subissons et qui correspond à une désindividuation :

 

Bruno Latour dans une émission sur France Culture :
 
 
Une vidéo de présentation de son projet d'"enquête sur les modes d'existence" sur son site :
 
 
Cette façon de vouloir - en faisant appel à la collaboration de tous les volontaires - mettre à plat les processus par lesquels nous sommes mobilisés sur des aspects secondaires tandis que les aspects essentiels nous échappent est très pertinente.

Ecrit il y a 75 ans, le discours final du film le dictateur de Charlie Chaplin, même s'il nécessite d'être remplacé dans son contexte, est édifiant :

http://www.youtube.com/watch?v=ML3Ub0Of1Go

 

Les droits de l'homme

Si l’on affirme qu’au même titre que les autres droits officiellement intégrés à la déclaration, le droit de comprendre est essentiel à l’homme, que le droit de douter des réponses qui lui sont apportées en découle, que le droit d’habiter un endroit suggère que nous puissions réfléchir à cet endroit, le penser même. Que penser à plusieurs pousse inévitablement à interroger la communication à l’intérieur d’une communauté. Qu’aussi grande, essentielle et érudite soit la vérité que l’on souhaite affirmer, il est avantageux de le faire dans un langage simple. Si tout cela se place au cœur de la pratique de l’architecte, et que de surcroit, il refuse le tout pouvoir que lui confèrerait la construction à tout prix, alors l’architecture ne disparaît pas, mais se déplace. A un autre endroit : celui de la pensée. Celui de la joie de la pensée aussi. Celui de l’utopie mais qui ne se départirait d’aucun impératif de réalité.

Cela fait bien longtemps que Yona Friedman a commencé sa carrière d’architecte, et tout un projet au cœur duquel se trouve placé, non sans humour, non sans radicalité, l’être humain. Le Centre National de l’Edition et de l’Art Imprimé (Cneai) donne à voir depuis six ans des propositions de Yona Friedman mais édite aussi quelques-uns de ses livres très importants. Sylvie Boulanger est la directrice du Cneai.

Marie Richeux 

http://www.franceculture.fr 

A partir du site "Plateformes", vous pourrez accéder à un grand nombre de conférences : 

http://www.franceculture.fr/plateformes

 

La révolte du pronétariat de Joël de Rosnay : "Une nouvelle démocratie est en train de naître, inventée grâce aux nouvelles technologies ou médias des masses (Internet, blogs, SMS, chats…) par les citoyens du monde. Or ni les médias traditionnels, ni les politiques n’en comprennent vraiment les enjeux..."

http://www.pronetariat.com/

 

Pour un nouvel imaginaire politique, présenté par Edgard Morin.

http://grit-transversales.org/article.php3?id_article=84

 

Le dernier cours de Michel Foucault

Le cours que Michel Foucault prononce en 1983 au Collège de France inaugure une recherche sur la notion de parrêsia. Ce faisant, Michel Foucault poursuit son travail de relecture de la philosophie antique. À travers l'étude de cette notion (le dire-vrai, le franc-parler), Foucault réinterroge la citoyenneté grecque, en montrant comment le courage de la vérité constitue le fondement éthique oublié de la démocratie athénienne. Il décrit encore la manière dont, avec la décadence des cités, le courage de la vérité se transforme et devient une adresse personnelle à l'âme du Prince, donnant de la septième lettre de Platon une lecture neuve. De nombreux topoi de la philosophie antique se trouvent revisités : la figure platonicienne du philosophe-roi, la condamnation de l'écriture, le refus par Socrate de l'engagement.

Dans ce cours, Foucault construit une figure du philosophe, en laquelle il se reconnaît : en relisant les penseurs grecs, c'est sa propre inscription dans la modernité philosophique qu'il assure, c'est sa propre fonction qu'il problématise, c'est son mode de penser et d'être qu'il définit.

«La philosophie moderne, c'est une pratique qui fait, dans son rapport à la politique, l'épreuve de sa réalité. C'est une pratique qui trouve, dans la critique de l'illusion, du leurre, de la tromperie, de la flatterie, sa fonction de vérité. C'est enfin une pratique qui trouve dans la transformation du sujet par lui-même et du sujet par l'autre [son objet d']exercice de sa pratique. La philosophie comme extériorité par rapport à une politique qui en constitue l'épreuve de réalité, la philosophie comme critique par rapport à un domaine d'illusion qui la met au défi de se constituer comme discours vrai, la philosophie comme ascèse, c'est-à-dire comme constitution du sujet par lui-même, c'est cela qui constitue l'être moderne de la philosophie.» -4e de couverture

Le gouvernement de soi et des autres : cours au Collège de France, 1982-1983 - Gallimard/Seuil - janvier 2008
Le Courage de la vérité (1984) t.2 - Gallimard/Seuil - 22 janvier 2009

Interview avec Laurent Jaffro et Frédéric Gros :

http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/repliques/

 

Montaigne, entretien avec Comte-Sponville, les Essais, etc.
« Quand je danse, je danse; quand je dors, je dors; voire et quand je me promène solitairement en un beau verger, si mes pensées se sont entretenues des occurrences étrangères quelque partie du temps, quelque autre partie je les ramène à la promenade, au verger, à la douceur de cette solitude et à moi. (...) Nous sommes de grands fous: "Il a passé sa vie en oisiveté, disons-nous; je n'ai rien fait d'aujourd'hui. - Quoi, n'avez-vous pas vécu? C'est non seulement la fondamentale, mais la plus illustre de vos occupations. - Si on m'eût mis au propre des grands maniements, j'eusse montré ce que je savais faire. - Avez-vous su méditer et manier votre vie? Vous avez fait la plus grande besogne de toutes. Notre grand et glorieux chef-d'oeuvre, c'est de vivre à propos. »

http://paris4philo.over-blog.org/article-32843810.html

 

...le corps est resté comme le grand impensé de la psychanalyse. Seule, sans doute, Françoise Dolto a osé s'emparer de ce problème en bâtissant la notion « d'image inconsciente du corps », qui rendait compte aussi bien de notre organisation somatique que, éventuellement de ses dimensions psycho-spirituelles.
Avec Willy Barral, psychanalyste didacticien, auteur chez Payot de "Le corps de l'enfant est le langage de l'histoire de ses parents",
interview réalisée par Michel Cazenave :

http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/vivants/fiche.php?diffusion_id=72412

 

Sur la santé, une réflexion originale à partir de Nietzsche et de la vie dans l'interview à écouter :

http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture/emissions/chemins/fiche.php?diffusion_id=74297

 

La psychologie de Carl Gustav Jung apporte une immense ouverture dans notre regard sur l’homme et sa constitution. Dans cette interview, Michel Cazenave précise un certain nombre de découvertes et concepts jungiens incontournables, tels que, entre autres, archétypes, processus d’individuation, anima animus. Il évoque également le sujet des crises au cours d’une vie, crises sans lesquelles aucune maturation ne pourrait se faire.

http://ilke-angela-marechal.com/blog/?p=3009

sur l'expérience intérieure : http://ilke-angela-marechal.com/blog/?p=3013

sur la synchronicité : http://ilke-angela-marechal.com/blog/?p=133

 

Dans une société en mutation accélérée où l’homme d’aujourd’hui a perdu presque tous ses repères, la question de l’unité se pose d’autant plus que l’ultra-spécialisation des savoirs d’une part et la désagrégation des liens sociaux et « politiques » en faveur de néo-tribalismes de l’autre, amènent à une atomisation de la connaissance et de l’identité humaines... Sur le site de l'université libre de Bruxelles :

http://www.ulb.ac.be/philo/cdb/index.html

 

Le mythe de Pandore : conférence de Jean-Pierre Vernant

http://video.google.com/videosearch?q=vernant jean-pierre pandora&rls=com.microsoft:fr:IE-SearchBox&oe=UTF-8&sourceid=ie7&rlz=1I7GGLD_fr&um=1&ie=UTF-8&sa=N&hl=fr&tab=wv#q=vernant+&hl=fr&emb=0

 

La philosophie n'est pas le domaine réservé des professionnels de la philosophie. Elle peut venir de la réflexion d'un physicien, d'un peintre ou d'un poète. Nietzsche qui relisait l'histoire de la philosophie contre le platonisme dominant la faisait commencer avec le chant tragique. Cette source poétique a été refoulée par la langue de l'abstraction et de l'universalisme.
Le poète et philosophe Édouard Glissant nous la rappelle aujourd'hui, non pour déplorer une origine perdue mais avec l'intention de déchiffrer le temps contemporain : car la mondialité n'est pas le Nouveau monde de la connaissance et de la conquête, au contraire, elle est imprévisible, opaque et tremblante. La philosophie se doit d'en assumer les vérités changeantes et multiples, quitte à sacrifier son obsession de l'unité.
Édouard Glissant a forgé quantité de notions et de schèmes qui bouleversent nos conceptions des identités, des espaces et de la politique. Sa philosophie de la relation est une pensée du lieu et du devenir, étonnamment clairvoyante sur les transformations présentes, elle est aussi une invitation à changer la mesure du monde.
Edouard Glissant
Philosophie de la relation : poésie en étendue

Gallimard - 2009

 

Luc-Olivier d'Algange « Le langage symbolique nous restitue à ce qui, dans le temps, témoigne de l’éternité…» propos recueillis par Jean-Marie Beaume :

http://signes-et-symboles.org/dossiers-symbole/index.php/2007/01/03/34-luc-olivier-d-algange

 

Vous pouvez consulter le site d'Aldo Naouri, pédopsychiatre, avec deux articles particulièrement intéressants : Comment peut-on être père sans femme ? et Ce que manger veut dire.

 

Une émission sur la crise mondiale comme "déflation salariale" et "mécompréhension du protectionnisme" : « L'esprit public » du dimanche 5 avril 2009, par Philippe Meyer, avec :

    - Max Gallo.  Romancier et historien

    - Jean-Louis Bourlanges.  Professeur à l'Institut d'Études Politiques de Paris

    - Yves Michaud.  Philosophe, Directeur de l'Université de tous les savoirs

    - Denis Olivennes.  Président du directoire du Nouvel Observateur

http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/esprit_public/

 

En 1971 Chomsky & Foucault se rencontrent dans un débat pour la télé allemande, débat intitulé "Nature humaine : Justice vs pouvoir et violence du pouvoir" et y confrontent leurs opinions. Chomsky pense qu'il est dans la nature humaine de créer, d'aimer, de réaliser, etc. sans contrainte, et que la société doit tout faire pour laisser cette nature humaine s'exprimer. C'est cette réflexion qui le pousse à s'interroger sur la répression qui s'exerce sur ce besoin intrinsèque de la nature humaine puis à analyser les outils que le pouvoir utilise pour exercer cette répression.
Foucault est en désaccord avec la notion même de « nature humaine ». Peut-on définir celle-ci dans « des termes que nous empruntons à notre société, à notre civilisation, à notre culture » ET lier cette définition à une lutte contre cette même société ?...

http://www.paris4philo.org/article-5731095.html

 

Un site à consulter :

http://www.fabriquedesens.net/

 

Haut de page      Retour accueil


 

Accueil Billet d'humeur Vivre humain Liens Qui suis-je ?

 

07 71 11 18 00
yc@vivrehumain.fr
www.vivrehumain.fr - site conçu et réalisé par Yves Chatenay
© Copyright 2008 - 2017 - Mentions légales
Première mise en ligne : 28/05/2008
Dernière mise à jour : 16/01/2017